Maville.com  par  Ouest-France
Cinéma
ENTRETIEN. Nicolas Vanier dans le sillage des oiseaux

ENTRETIEN. Nicolas Vanier dans le sillage des oiseaux

...
photo nicolas vanier,réalisateurdu film donne-moides ailes. © yohan bonnet

Nicolas Vanier,réalisateurdu film Donne-moides ailes.© YOHAN BONNET

Avec Donne-moi des ailes, le réalisateur poursuit son combat pour la nature en filmant des oies en voie de disparition.

D’un côté, un père un peu loufoque voulant guider en ULM des oies en voie de disparition à travers le ciel européen. De l’autre, un fils adolescent passionné par les jeux vidéo.Dans son film Donne-moi des ailes Nicolas Vanier utilise des ressorts émotionnels classiques, voire un peu lourds, mais efficaces, afin de rendre hommage à celles et ceux qui luttent pour préserver l’environnement. Entretien.

Votre film s'inspire de l'histoire vraie de Christian Moullec, qui vole en ULM avec des oies. Comment l'avez-vous rencontré ?

Il y a vingt ans, j'avais suivi dans les médias ses voyages en Europe avec ses oies. Cette expérience pour sensibiliser et protéger les oiseaux migrateurs était passionnante ! Puis il y a deux ans et demi, grâce à une connaissance commune, je suis allé le rencontrer dans le Cantal. Il m'a emmené voler au milieu des oiseaux... J'en ai été émerveillé.

De là est née l'idée de réaliser Donne-moi des ailes ?

Le projet trottait aussi dans la tête de Christian... Mais je voulais éviter de tourner un documentaire car il y en a déjà eu beaucoup sur son histoire, et de très bons. Mon film est à 80 % une fiction.

C'était compliqué de tourner avec les oies ?

Pour 99 % des réalisateurs, ça doit être un enfer car elles ne font jamais ce que l'on veut ! (rires) Comme toujours avec la nature, il faut faire preuve d'humilité et de respect. Les vrais patrons du film, ce sont les oiseaux.

L'un des personnages du film falsifie un document pour le bien des oiseaux. Pour sauver la planète, il faut en passer par là ?

Je crois que ce qu'il se passe avec le réchauffement climatique le prouve. Quand on voit que les grands décideurs nous envoient dans le mur de façon légale... Parfois, il faut réussir à détourner les barrières administratives pour ne pas rester bloqué.

Vous restez optimiste pour l'avenir ?

Je le suis de moins en moins... Mais quand on voit des initiatives qui mobilisent des milliers de jeunes, cela prouve qu'il reste de l'espoir. Je n'ai pas la prétention de changer le monde en un film, mais je veux susciter l'émerveillement chez le spectateur pour qu'il prenne conscience de l'effondrement dramatique de la biodiversité dans le monde.

L'industrie du cinéma doit aussi faire des efforts ?

Oui, il y a beaucoup à améliorer. D'ailleurs, lors de mon dernier tournage, nous avons mis en place un dispositif pour réduire au maximum notre empreinte carbone : bouteilles en plastique interdites, déplacements en train, voitures plus propres et remplies au maximum...

 
Recueilli par Lola Cloutour.   Ouest-France  

  • merci d'indiquer un nom de film
    merci d'indiquer un titre'
    • Choisir un resto :
    merci d'indiquer un nom de restaurant

    merci de saisir l'adresse du restaurant
    merci de saisir la ville du restaurant

    • Choisir un bar :
    merci d'indiquer un nom de bar

    merci de saisir l'adresse du bar
    merci de saisir la ville du bar

    merci d'indiquer un titre à votre avis
  •  
  • merci d'indiquer un contenu à votre avis
    merci de saisir une note
    L'accueil / la qualité du service
    merci d'indiquer une note pour l'accueil

    L'ambiance / le décor

    merci d'indiquer une note pour l'ambiance

    Le rapport qualité / prix

    merci d'indiquer une note pour le prix

Newsletter cinéma

Abonnez-vous à la newsletter ciné - Le Mans

Aujourd'hui sur maville

Vos films préférés

Box office

Suivez-nous !

suivez-nous sur twitter !
Retour en haut